25. La biosécurité avec nos poules urbaines, c’est l’affaire de tous! Par Louise Arbour

Cela arrive encore trop souvent et me déchire le cœur à chaque fois : des gens me disent avoir perdu toutes leurs poules après avoir acheté des poules qui semblaient tellement en bonne santé! D’autres ont introduit de nouvelles poules dans un cheptel existant et toutes les poules sont devenues malades ou sont en train de mourir. Plus encore, je suis toujours consternée de constater que des gens introduisent de nouvelles poules immédiatement après les avoir achetées ou reçues d’un ami, d’un voisin. Parfois, ils les séparent seulement par un filet ou une clôture et la maladie peut se propager si facilement. Un isolement doit être observé rigoureusement. J’entends encore cette mère qui me dit qu’elle n’avait que deux poules et en ayant perdu l’une des deux, la poule saine qui restait seule souffre de ne pas avoir de congénère. Les poules doivent vivre en groupe. Parfois, faute de pouvoir trouver des amies a cette poule devenue seule, on doit se départir de cette poule orpheline ou lui trouver rapidement des amies. D’autres précipitent la mise en commun des nouvelles poules en les introduisant la nuit, ce qui n’est pas une bonne idée du tout! D’autres pensent camoufler l’odeur des nouvelles poules en plaçant toutes sortes de parfum (vanille, lavande, etc.) sur les poules. Les poules n’ont pas un odorat très développé comme les mammifères, cette pratique est inutile. Parce que l’on voit beaucoup de pratiques dangereuses qui risque de mettre en péril la santé de nos poules, cet article pourra j’espère vous éclairer sur la biosécurité à mettre en place.

Dans cet article, je tenterai de vous éclairer sur des pratiques de bases en matière de biosécurité afin de vous donner des exemples et une routine d’hygiène afin de préserver vos poules des agents pathogènes.

La biosécurité est un terme utilisé dans le monde médical, mais aussi dans l’élevage et la garde des animaux. Pour mieux comprendre le concept, la biosécurité, consiste à mettre en œuvre des pratiques visant à prévenir l’introduction de maladies ou limiter leur propagation. Sur le site de l’EQCMA, on présente des exemples de protocoles de biosécurité courante pour les employés de fermes et les producteurs agricoles ainsi que les visiteurs. Ces protocoles doivent être respectés en tout temps dans les élevages de volailles commerciaux. Vous pouvez consulter les protocoles à l’adresse internet suivante :

http://www.eqcma.ca/biosecurite/protocoles-biosecurite-courante-code-vert

Nos poules urbaines sont susceptibles de contracter de nombreuses maladies telles que la maladie de Marek, la maladie de Newcastle, la mycoplasmeose à Mycoplasma gallisepticum, la laryngotrachéite infectieuse, l’influenza aviaire, etc, puisqu’elles ont accès à l’extérieur ce qui les expose aux maladies présentes chez les oiseaux sauvages.

Les agents pathogènes peuvent se propager rapidement d’une poule à une autre lorsqu’une poule se déplace, ébouriffe ses plumes, mange dans les mêmes mangeoires, boit et picore le sol auprès de ses congénères. Les poules urbaines qui ont la chance de vagabonder dehors pourront s’armer d’un bon système immunitaire de façon naturelle. Mais, elles sont tout de même exposées à des virus en circulation dans l’air et le sol.

L’intégration de nouvelles poules-stop!

Il faut isoler vos nouvelles poules (la cage ou le mini poulailler doivent au minimum permettre à l’oiseau de se tenir debout et d’étendre ses ailes et ne doivent pas poser de risques de blessures). La cage ou le mini poulailler doivent être situés dans une pièce séparée et il faut utiliser du matériel ou de l’équipement qui soit différent entre vos poules actuelles et les nouvelles poules qui sont en isolement. La règle du 30/30 s’applique! 30 jours d’isolement à 30 pieds minimum de distance. Vous devez aussi éviter de transmettre des agents pathogènes d’un poulailler à l’autre et suivre le protocole d’intégration étape par étape.

poules isolement

Pendant l’isolement des nouvelles poules :

  • Observez-les tous les jours pour détecter l’apparition de signes de maladies. Si vous suspectez une maladie, consultez un vétérinaire.
  • Utilisez du matériel, bottes/souliers, des vêtements et des équipements propres et seulement pour vos nouvelles poules.
  • Nettoyez et désinfecter souvent les cages le matériel et les équipements pendant l’isolement et aussi à la fin de la période d’isolement.
  • Lavez-vous les mains avant et après avoir soigné les nouvelles poules
  • Occupez-vous toujours des oiseaux isolés en dernier.
Image

Plus vos poules seront maintenues dans un poulailler propre et sans stress, sans picage, sans agressivité, avec assez d’espace, plus elles auront une bonne résistance aux maladies.  Bien que la vaccination soit une des meilleures façons de protéger vos poules de certaines maladies hautement contagieuses, les poules qui proviennent de petits élevages ne sont presque jamais ou rarement vaccinées.

Certaines maladies peuvent se propager rapidement et facilement d'oiseau à oiseau. À tout le moins, des précautions élémentaires de biosécurité doivent être prises afin de protéger la santé de vos poules. Isoler immédiatement une poule malade, c’est faire de la biosécurité !

 La plupart d’entre nous qui avons visité un hôpital ces dernières années ont pu voir l’ajout de bouteilles de gels désinfectants à l’entrée et à la sortie. Cette mesure est une règle de biosécurité. Les planchers doivent être maintenus dans un état de propreté impeccable. En effet, nos chaussures sont potentiellement porteuses d’agents pathogènes et posent un sérieux risque de transmissions de maladies à vos poules. La biosécurité demande une routine de mesures d'hygiène de base ainsi que des bonnes pratiques de régie, par exemple : un vide sanitaire, un élevage en tout plein tout vide et avoir un troupeau fermé pour garder vos poules à l'abri des agents pathogènes et des maladies. Ce n'est pas seulement lors de l'introduction de nouvelles poules à votre petit cheptel que vous devez prendre des précautions, car les agents pathogènes se propagent également très facilement par contact avec d'autres gardiens de poules. Ils peuvent être transmis à votre cheptel tout simplement à travers le magasin d'alimentation après qu’une personne, avec des oiseaux infectés, soit passée par cet endroit ! En effet, vos vêtements, vos chaussures, et vos cheveux transportent les agents pathogènes. Il est donc important de changer de vêtements lorsque vous vous occupez de vos poules. Pour vos chaussures et vos bottes, il faut les gratter et nettoyer les dessous et ensuite les laver et les désinfecter dans une solution de trempage après avoir visité vos poules.

Image Image

Nettoyer, laver, désinfecter et sécher, comment s’y prendre avec un poulailler urbain ?

Pour faciliter toutes les étapes de nettoyage, votre poulailler devra être facile d’accès, avec une grande ouverture. Pour votre propre sécurité, portez un masque et des lunettes de sécurité afin de ne pas trop respirer de poussières.

1) Nettoyer à sec en enlevant toutes les matières sèches

Ce que l’on veut dire ici, c’est tout simplement de bien enlever tous les débris secs, enlever la ripe, utiliser un balai, un grattoir sur les perchoirs, sur la rampe et utiliser un aspirateur pour enlever la poussière résiduelle. N’utilisez pas un souffleur de paysagistes, car vous risquez de répandre les agents pathogènes.

nettoyage

 2)    Laver les surfaces avec de l’eau et du savon, rincer

Laver toutes les surfaces avec une eau savonneuse ainsi que tout le matériel utilisé avec vos poules et rincer pour enlever toute trace de savon 

3)    Désinfecter avec une solution d’eau de javel

Laisser sécher toutes les surfaces et le matériel avant l’application d’une solution d’eau de javel. 

4)    Faire sécher

Avant d’entrer à nouveau vos poules, laisser sécher les surfaces de votre poulailler urbain 

5)    Laver tous vos vêtements même votre manteau et bottes/souliers.  

Image

Comment désinfecter efficacement ?

La désinfection sera garante de vous assurer que vous pourrez détruire la majorité des agents pathogènes que le savon et le nettoyage n’auront pas détruits. Pour être efficaces, tous les débris et matières organiques doivent être enlevés et les surfaces bien nettoyées avant d’appliquer le désinfectant.  Il y a plusieurs façons de désinfecter. Il y a la méthode chimique avec des désinfectants et la méthode physique avec les rayons UV du soleil.  

Application du désinfectant : Pour que l’étape de désinfection soit efficace, il ne faut pas juste envoyer un petit jet de vaporisateur sur les surfaces. Il faut en fait bien mouiller les surfaces et même placer les petits objets dans un bac rempli d’eau et de désinfectant. 

Temps de contact : Les désinfectants ne tuent pas de façon instantanée les agents pathogènes. Il faut allouer une période de contact. Veiller donc lire l’étiquette de votre produit afin de l’utiliser adéquatement.

 Bien sécher les surfaces et ventiler : Les produits chimiques pourraient être nocifs pour vos poules, alors il faut s’assurer que les surfaces soient bien sèches avant de les introduire dans leur poulailler urbain. 

Vide sanitaire : Si vous avez eu une incidence de maladies contagieuses, laisser votre poulailler respirer durant au moins 2 semaines avant d’y réintroduire vos poules. Je vous entends déjà me dire, mais comment faire, je n’ai pas deux poulaillers ! Les mini poulaillers du commerce deviennent utiles ici ainsi que les grandes cages à chien durant la période de vide sanitaire.      

Les désinfectants ?

Il existe de nombreux désinfectants chimiques pour les poulaillers. Ils se déclinent avec des efficacités variables contre certains agents pathogènes et certains sont très toxiques et dangereux à utiliser. Par exemple, on ne peut presque jamais se débarrasser des coccidies dans l’environnement qui cause la coccidiose. Prenez vos précautions et lisez les étiquettes. Ces produits ne sont pas toujours à portée des gardiens de poules urbaines.  Toutefois, voici quelques usages avec l’eau de javel à concentration de 4-6% d’hypochlorite de sodium que l’on trouve facilement et à peu de frais.  L’eau de javel tue plus de 35 micro-organismes dont le rhinovirus,Salmonella Enterica,  Staphylococcus aureus, le virus de la grippe A, Streptococcus pyogènes, E. Coli et les virus de l’hépatite B et C.    Pour 3,7 litres d’eau (1 gallon) : 

Pour laver les surfaces qui ne sont pas en contact avec de la nourriture : Ajoutez ¼ de tasse de javellisant 

Pour désinfecter de petits objets et utiliser en vaporisateur : les incubateurs, les surfaces, etc. : Ajoutez 1. c. à table de javellisant 

Pour contrôler les algues et agents pathogènes dans les abreuvoirs : Ajoutez ¼ de c. à thé de javellisant  Que vous visitiez votre magasin agricole, que vous alliez à une foire locale ou que vous échangiez une poule ou que vous invitiez simplement vos amis qui gardent des poules à vous visiter ou à garder vos poules durant vos vacances, vous pourriez introduire des agents pathogènes mortels dans votre groupe de poules !

Image

Il existe plusieurs précautions faciles à prendre pour limiter l'exposition de vos poules aux virus mortels que les poules risquent le plus de contracter : Ne laissez pas ceux qui élèvent des poules ou gardent des poules entrer dans votre poulailler sans prendre des précautions ! Les gardiens ou les autres personnes qui doivent entrer en contact avec votre cheptel doivent changer de chaussures ou porter des recouvrements (sacs) en plastique ou porter une paire de bottes en caoutchouc que vous gardez exclusivement pour les visiteurs. Vous devriez également avoir pour chaque membre de la famille, des bottes ou des chaussures désignées uniquement pour l’usage dans votre cour, votre poulailler et volière et elles ne devraient jamais être portées à l’intérieure de votre maison et surtout pas dans les magasins agricoles d'alimentation, les coops, les meuneries, les quincailleries, etc.

Astuces : Gardez des grands sacs à pain ou de recouvrement dans votre voiture afin de toujours en avoir à porter de la main si vous aviez oublié de changer vos chaussures avant de partir de chez vous.

Image

Mettez en place un bain de trempage dans un bac pour désinfecter les chaussures et bottes de vos visiteurs. Pour faire le bac de trempage, découpez un morceau de tapis de porte en « faux gazon » pour l'insérer dans un bac à vaisselle en plastique. Remplissez la bassine avec un mélange de 3/4 tasse d'eau de Javel par gallon d'eau. Gardez également une brosse dure à proximité. Demandez à vos amis qui viennent vous visiter de frotter leurs bottes pour enlever la saleté à l’extérieur du bac de trempage, puis d’entrer dans le bain de pieds et de gratter le bas de leurs bottes sur le tapis avant d'approcher votre cour et votre poulailler. Idéalement, laissez tremper les bottes 10 -15 minutes. C'est aussi une bonne pratique de l'utiliser vous-même chaque fois que vous entrez ou sortez de votre cour avant d’entrer par exemple dans votre garage, votre remise, etc. Cette méthode demande de changer l’eau plus souvent puisque le bain de trempage n’est pas efficace si votre eau de trempage n’est pas changée dès que de la saleté s’est accumulée. Idéalement, l’eau de trempage devrait être changée tous les jours. Les bottes jetables ou bottes réservées aux visiteurs sont plus pratiques et sécuritaires.

Image

Les cabanes à oiseaux :

En général, les amateurs de poules urbaines aiment aussi observer les oiseaux sauvages. Malheureusement, vous devrez reconfigurer la localisation de vos cabanes à oiseaux afin qu’elles ne soient pas à proximité du parcours des poules sur le terrain ni de la volière. Les oiseaux sauvages sont porteurs d’agents pathogènes qui pourraient rendre vos poules très malades. Donc, gardez vos poules dans une zone où les oiseaux sauvages ne peuvent pas entrer. Ne suspendez pas les mangeoires d'oiseaux dans ou près de votre poulailler.  Photo avec permission de Dovecotes http://www.welshdovecotes.co.uk

Ne laissez jamais de nourriture dehors sur le terrain ou dans le parcours, car elle attire aussi les oiseaux et les rongeurs. Selon le règlement sur les conditions de salubrité des lieux de garde d’oiseaux captifs, les mangeoires ne doivent pas être accessibles aux oiseaux sauvages. Les lingettes nettoyantes sont très utiles pour enlever les matières organiques sur les mains.  Gardez aussi un gel désinfectant pour les mains sans eau dans votre volière ou près de votre parcours pour vous-même et les enfants - et utilisez-le à chaque fois que vous manipulez les poules. Gardez-en dans votre voiture et utilisez-les après avoir visité le magasin agricole d'alimentation. - Ne partagez pas de cartons d'œufs avec d'autres éleveurs de poules.

Image

Évitez d'emprunter des mangeoires, des abreuvoirs et d'autres accessoires de vos amis ou de vos voisins, qui gardent des poules. Si vous devez le faire, lavez et désinfectez-les avec de l'eau de Javel avant de les utiliser. 

Évitez de visiter les fermettes, ou d'autres habitations qui gardent des poules de compagnie. Si c'est le cas, changez vos vêtements et lavez-les immédiatement lorsque vous rentrerez chez vous. Désinfecter les chaussures telles que décrites ci-dessus.

Image
Toutes les poules, et volailles que vous apportez à des expositions, des encans, ou des foires ainsi que les nouvelles poules que vous ramenez chez vous doivent être mises en isolement du reste de votre cheptel pour une durée minimale de 2 semaines, mais idéalement de 4 semaines.
elevage

Achetez des poules uniquement à partir de sources fiables. Nettoyez et désinfectez les pneus de votre véhicule après avoir visité des sites d’échanges de volailles, des spectacles et des foires, des marchés aux puces. En cas de maladies :

Surveillez les signes de maladie ou les décès subits et inexpliqués dans votre troupeau. Plusieurs maladies se propagent rapidement et préoccupent particulièrement les gardiens de poules de basse-cour.

Ce que beaucoup de monde ne réalise pas, c’est que les poules peuvent être porteuses de maladies sans manifester aucun symptôme apparent.

Signalez les oiseaux malades immédiatement et si vous avez des poules qui meurent soudainement et de façon inexpliquée, appelez votre vétérinaire rapidement.

Il est recommandé de suivre un ordre lors des soins donnés à vos poules. Si vous avez différents groupes de volailles, commencez par les plus jeunes et terminez la tournée avec les plus vieilles. De plus, si vous avez des poules malades, vous devez terminer par celles-ci et elles doivent être isolées de vos autres poules.

Si vous avez une poule morte de vieillesse, d’une attaque d’un prédateur ou d’une maladie ou blessure, assurez-vous de disposer de la carcasse conformément aux règlements municipaux et mettez des gants pour la manipuler.

Poules en contact avec des oiseaux migrateurs tels que les canards, bernaches, oies, etc.

La plus grande vigilance s’impose lorsque vous vivez près d’un endroit où ces oiseaux pourraient être en contact avec vos poules. Les citoyens ayant leur résidence près d’un cours d’eau sont souvent visités par ces oiseaux migrateurs. Ne laissez jamais vos poules en contact avec les excréments de ces oiseaux. Ne les laissez pas approcher vos mangeoires non plus.

Entreposage de la nourriture :

Il est essentiel que les poches de nourriture pour vos poules soient bien entreposées pour éviter que des oiseaux sauvages ou de la vermine y aient accès. Il faut aussi s’assurer de la propreté de vos mangeoires et abreuvoirs, il faut les laver et les désinfecter régulièrement. Il est recommandé de changer tous les jours l’eau des abreuvoirs.

Il faut garder votre site exempt de matériel inutile et couper l’herbe près de votre poulailler pour éviter la présence de vermine qui peuvent être une source d’infection pour vos poules.

La biosécurité, c’est votre responsabilité, votre devoir de citoyen responsable et l’affaire de tous !

Image

Remerciements à : Martin Pelletier, agr. et Nadia Bergeron, dmv de l’Équipe québécoise de contrôle des maladies avicoles (EQCMA) pour collaboration sur révision du texte.

Remerciements Mme Annie Daignault experte vétérinaire aux soins des poules pour la relecture du texte.

Pour plus d'informations, visitez le site de l’EQCMA où des renseignements sur l’élevage de basse-cour sont disponibles.

http://www.eqcma.ca/elevage-de-basse-cour/qui-appeler-en-cas-de-maladie www.eqcma.ca

http://www.eqcma.ca/uploads/files/Tableau_medecins_veterinaires_Internet_Groupe_basse-cour_2018-03-28.pdf Règlement relatif au confinement d'oiseaux captifs http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cr/P-42,%20r.%204 Règlement concernant le bien-être animal

http://www.mapaq.gouv.qc.ca/Fr/Productions/santeanimale/securitebienetre/Pages/securitebienetre.aspx

https://www.backyardchickens.com/articles/biosecurity-for-the-rest-of-us.63161/

CONSEIL NATIONAL POUR LES SOINS AUX ANIMAUX D’ÉLEVAGE Code de Pratiques pour le soin et la manipulation des Poulets, dindons et reproducteurs du couvoir à l’abattage http://www.nfacc.ca/pdfs/codes/poulet%20dindons%20reproducteurs%20codes%20de%20pratiques.pdf Mai 2018

About the Author

Louise Arbour

Facebook

Louise a travaillé à titre de consultante bilingue et représentante dans le monde de l’Édition éducationnelle durant plus de 20 ans. Elle détient un baccalauréat en psychologie et un certificat en communication radio-annonceur. Elle a obtenu diverses attestations et formations dans les ventes ainsi qu’une formation pour les femmes qui désirent se lancer en politique. Depuis son enfance, elle a un intérêt marqué pour la préservation de la nature, la protection des animaux, l’environnement et la revalorisation des objets. Louise habite à Terrebonne depuis 2004 et s’est toujours intéressée à la vie citoyenne et s’est impliquée dans divers dossiers à la ville tels que les barils de récupération d’eau de pluie et la légalisation des poules urbaines. Louise a développé une entreprise de services-conseils et une école de formation sur la garde des poules urbaines. Elle écrit des articles, et anime des conférences à travers le Québec et le Nouveau-Brunswick. Autrice d'un livre chez Ecosociété 2020 sur la garde des poules urbaines.