20. La consoude et les poules

Connaissez-vous les vertus extraordinaires de la consoude pour nos poules ?

En Europe, au temps des nourrices, on appelait cette plante l’herbe aux gerçures, ou à couture, ou aux charpentiers, herbe du cardinal, herbe aux cochons. Cette plante soignait non seulement les fractures, et les plaies ouvertes, mais nourrissait aussi le bétail. L’usage de cette plante remonte à la nuit des temps.

La consoude, de la famille des Borraginacées, du genre Symphytum comprend au moins 18 espèces botaniques. En latin, Consolida, on dit plante qui répare les os brisés. Partout à travers le monde, cette plante a eu plusieurs noms, mais de partout on reconnaît ses vertus.

C’est une vivace rustique qui résiste aux froids et qui prend racine profondément. Les feuilles sont couvertes de poils fins et rugueux. La base des poils est riche en calcium. Afin d’assurer sa fécondation, elle forme des fleurs qui changent de couleurs selon la maturation sexuelle de la fleur.

Depuis les 1813, les botanistes, chercheurs étudient la consoude. Durant les années c’est Lawrence Hills qui suivit la trace de Henri Doubleday et des découvertes de Crawley. Hills a consacré une partie de sa vie à la consoude et créa de nombreux cultivars du même nom du village de Bocking ou il fit ses travaux avec son épouse. Durant les années 1970, des rumeurs d’Australie jettent une ombre sur cette plante, car on y dénote aussi la présence d’alcaloïdes. (Les alcaloïdes si ingérés en très grande quantité et longtemps pourraient affecter le foie.) Le bétail en a mangé en grande quantité, car elle est riche en B12 et protéines. On mangeait et utilisait cette plante depuis de siècles sans que personne n’en soit jamais malade. Mais des chimistes médecins ont mis en garde la consommation abusive de certaines variétés de consoudes et les journaux et rumeurs eurent raison de la réputation de la consoude et tout le monde se mit à croire que la consoude tue !

Même si elle contient des alcaloïdes, elles sont présentes dans 5% de tous les végétaux dont les tomates et sur les parties vertes de la patate (solanine). Il n’y a jamais eu de preuve d’aucun empoisonnement à la consoude. Jamais. D’où est venue cette fausse rumeur ? Il appert que les chercheurs australiens travaillaient sur des cas d’intoxication alimentaire en Afghanistan. Les grains qui servaient à faire la farine étaient pollués par des graines d’Héliotrope qui contient de fortes doses d’Alcaloïde.

Les chercheurs en concluant que toutes les plantes de la famille des Borraginacées étaient toxiques ont diffusé une information que les journalistes se sont saisie et ont rendue perverse en créant une onde de choc. Malgré le dérapage flagrant de cette information, toute la presse internationale a publié sans se soucier de vérifier le bien- fondé de cette affirmation. En vérité, il faudrait probablement en manger une énorme concentration sur une très longue période, mais encore, les études sur les rats soumis à une cure intensive à la consoude n’ont jamais été probantes ! Plus de 20 ans après le scandale, on voit que l’économie dirige le monde. Nombreux témoignages de personnes comme cette dame ayant mangé durant 15 ans 85 g de consoudes tous les jours sans aucun problème. De nombreux agriculteurs ont élevé vaches, chèvres, chevaux, porcs et volailles durant des années sans jamais aucun problème.

La consoude est un aliment de choix pour nos volailles. Elle contient peu de cellulose et beaucoup de protéines. On peut leur donner environ 100 grammes par jour qui aide la production des œufs. On peut la distribuer hachée ou mélangé avec des grains et céréales. De plus comme la poule est incapable de synthétiser la vitamine B12, la consoude va lui permettre de faire le plein. Car si en plus elle mange des insectes et des vers, elle fera le plein de bonnes bactéries qui aideront à synthétiser la vitamine B 12.

La consoude est une des rares plantes sur la terre capable de synthétiser la vitamine B12.

Au jardin, c’est un engrais, un accélérateur de compost. Ses racines sont des pompes a éléments nutritifs qu’elle capte et faite remonter en surface et en fait profiter les autres plantes ! Par contre, elle peut être envahissante, donc réservez de zones précises à cette plante. Elle fait un couvre-sol parfait au pied des rosiers.

Personnellement, j’ai commandé en août 2016 la Consoude Bocking 14 de Richter’s et cette plante a très bien profité dans mon potager. Je compte utiliser et expérimenter cette plante pas seulement avec mes poules, mais comme plante médicinale aux mille vertus. Le livre de Bernard Bertrand est un excellent ouvrage pour ceux qui désirent en apprendre sur cette plante qui peut à la fois nourrir les poules, les éléphants et répondre aux besoins alimentaires des pays en voie de développement. Voici un bel exemple de permaculture et d’écosystèmes qui se complètent et s’avantagent.

Je vous invite à découvrir cette plante aux mille usages, qui soigne les plaies, les coups de soleil, les contusions, qui sert d’engrais et de compost ! Pas surprenant qu’elle fasse si peur aux puissances économiques et aux pharmaceutiques !

About the Author

Louise Arbour

Facebook

Louise a travaillé à titre de consultante bilingue et représentante dans le monde de l’Édition éducationnelle durant plus de 20 ans. Elle détient un baccalauréat en psychologie et un certificat en communication radio-annonceur. Elle a obtenu diverses attestations et formations dans les ventes ainsi qu’une formation pour les femmes qui désirent se lancer en politique. Depuis son enfance, elle a un intérêt marqué pour la préservation de la nature, la protection des animaux, l’environnement et la revalorisation des objets. Louise habite à Terrebonne depuis 2004 et s’est toujours intéressée à la vie citoyenne et s’est impliquée dans divers dossiers à la ville tels que les barils de récupération d’eau de pluie et la légalisation des poules urbaines. Louise a développé une entreprise de services-conseils et une école de formation sur la garde des poules urbaines. Elle écrit des articles, et anime des conférences à travers le Québec et le Nouveau-Brunswick. Autrice d'un livre chez Ecosociété 2020 sur la garde des poules urbaines.

Texte écrit par Louise Arbour de Poules en Ville enr.

PARCE QUE LA VIE EST TOUT SIMPLEMENT MEILLEURE AVEC DES POULES!

www.poulesenville.com
site Bilingue
Pour tout savoir sur la garde des poules urbaines!

info@poulesenville.com