11. Pourquoi les poules sont-elles si sensibles à la chaleur et résistantes aux froids?

Le Spa des poules

May 27, 2016 par Louise Arbour Poules en Ville ( mise à jour juillet 2018)

L’été se pointe et les chaleurs accablantes peuvent être fatales pour vos poules. Dans cet article, je tenterai de vous expliquer le plus simplement possible les principaux concepts de la thermorégulation chez les volailles et les précautions à prendre durant les chaleurs accablantes.

D’abord, définissons qu’est-ce que la thermorégulation?

La thermorégulation est le mécanisme qui permet à un organisme (ou à un système) de conserver une température constante. Elle est le résultat de production et de déperdition de chaleur. Chez les humains, et les chevaux, nous avons des glandes sudoripares qui nous permettent d’évacuer notre surplus de chaleur par la transpiration. La transpiration nous permet d’abaisser la température de notre corps. Chez les volailles, la thermorégulation fonctionne complètement différemment des humains. Comme les oiseaux ne possèdent pas de glandes sudoripares, ils ne peuvent pas transpirer par la peau.

Leur seul mécanisme pour pouvoir évaporer leur surplus de chaleur est par les sacs respiratoires. De jeunes poules qui par exemple qui seraient en pleine canicule à 33 degrés C* pourront perdent 60% de leur chaleur interne par évaporation des poumons. C’est pour cela que vous remarquerez qu’elles augmentent le débit respiratoire et halètent le bec ouvert. Le débit respiratoire passe de 20 à 240 respirations par minutes. Plus le taux d’humidité de l’air est élevé plus il sera difficile pour vos poules d’évacuer leur surplus de chaleur. Elles sont donc en danger dès que la chaleur et l’humidité de l’air augmentent. Il faut s’assurer qu’elles boivent beaucoup d’eau fraîche! Elles pourraient aussi avoir la diarrhée. La respiration saccadée, rapide, essoufflée, haletante sont tous des symptômes de détresse par la chaleur afin de libérer le surplus par les sacs respiratoires. Plus l’humidité augmente, plus il devient difficile pour nos poules d’évaporer l’eau de leurs poumons.

À 34*C et un taux d’humidité relative (RH) de 40% les volailles peuvent perdent 80% de leur chaleur totale par évaporation.

À 34*C et un taux d’humidité relative (RH) de 50% les poules pourront perdent que 50% de leur chaleur. À 34*C et un taux d’humidité relative de 100%, elles ne pourront pas évacuer leur surplus de chaleur et elles mourront d’un coup de chaleur. Il devient important d’aider les poules dans ces circonstances à réduire leur chaleur interne.

La chaleur interne normale des poules est plus élevée que celle des humains. A un jour de vie, les poussins ont une température de 38*-39*C elle augmente graduellement pour se stabiliser autour de 40,5*C- 41,5*C vers 21 jours. Les poules ont un corps chaud et une fois tout le plumage en place, elles sont plus confortables dans une ambiance fraîche.

L’alimentation leur apporte une bonne énergie pour leur entretien et production, mais aussi pour l’apport de chaleur. Ainsi, l’hiver, elles mangeront un peu plus et les collations et restes de tables seront bienvenus.

Le plumage des poules assure une protection contre la déperdition de la chaleur et les isole du froid. Tant que le plumage est maintenu au sec, et à l’abri du vent, les poules qui proviennent des races résistantes au froid n’ont besoin d’aucun apport de chaleur durant l’hiver.

Il existe en effet plus de 43 espèces de poules résistantes aux grands froids tels que les Jersey Giant, Orpington, Plymouth Rock, Rhode Island Red, Sussex, Wyandotte, Chantecler, Brahma pour en nommer quelques-unes.

Les mécanismes qui régissent les échanges thermiques sont les suivants :

  • Par la conduction : par transfert de la chaleur par l’intermédiaire de photons infrarouges. Tout corps plus chaud que les objets autour, cède de la chaleur comme un radiateur. Donc, dans un environnement frais, le corps va diffuser de la chaleur. Les poules utiliseront le contact de leur poitrine, leurs pattes, la litière comme conducteur;

  • Par convection : avec leurs plumes et duvets, elles conservent l’air chaud entre leurs plumes;

  • Par rayonnement : en direction des murs, près de la litière;

  • Par évaporation respiratoire de l’eau;

  • Par excrétion de matières fécales;

Le système respiratoire des poules est complexe. Mais en somme, elles ont des sacs respiratoires attachés aux poumons qui agissent comme réservoir de chaleur. Lorsque vos poules auront trop chaud elles auront tendance à étirer leurs plumes afin d’éloigner la chaleur interne de leur corps, elles cesseront de manger et boiront plus d’eau. Elles seront plus léthargiques et pourraient même avoir des convulsions. À ce stade, il est important de restaurer les électrolytes dans leur système.

Voici une recette maison que vous pouvez utiliser si vos poules sont déshydratées. Ne pas donner cette solution à des poules en santé qui ne souffrent pas de stress de chaleur.

Vous voudrez aussi éviter de donner du vinaigre de cidre de pomme dans leur eau par temps très chaud, car le vinaigre qui acidifie l’eau pourrait affecter leur capacité à bien digérer leurs grains et augmente la chaleur interne. Par contre, un peu de soda à pâte dans les grains facilite l’absorption du calcium.

Pour 4 litres d’eau froide : mélangez

1 c. à thé de soda à pâte

½ c. à thé de potassium chloride ( optionel) (substitut de sel Morton; disponible dans les épiceries près des épices)

1c. à table de sel

1 c. à table de sucrose (sucre)

Si jamais une longue période de chaleur intense perdure avec une canicule, observez vos poules : si elles deviennent léthargiques, la crête plus pâle, étire leurs plumes et rejettent des excréments liquides, ayez toujours un seau d’eau fraîche à la main, près du poulailler afin de pouvoir immerger rapidement une poule en détresse ou inconsciente jusqu’au cou afin de réduire sa température interne. Sinon, gardez les poules au sec. Elles ne prennent pas de bains d’eau comme certains oiseaux.

Ajoutez de la glace et des fruits à de l’eau fraîche plusieurs fois par jour, assurez-vous qu’elles puissent avoir de l’ombre, une brise avec un ventilateur pourrait être ajouté.  Un parasol près du poulailler pour augmenter l’ombre.  Assurez des bains de terre frais.  Si votre poulailler absorbe beaucoup de chaleur par le toit, arrosez le afin de réduire sa température­.  Ajoutez des ( cold packs) dans l’eau et changez-là souvent! Offrez des friandises gelées, des électrolytes dans l’eau.  Nettoyez et enlevez les fientes sur le pourtour qui atttirent les mouches et munissez-vous de pièges à  mouches. En espérant que ces quelques trucs vous donneront un petit coup de main!

Je vous souhaite un bel été avec vos poules en santé!

Louise Arbour

Poules en Ville