15. LE CONTRÔLE ET TRAITEMENT DES VERS INTESTINAUX CHEZ NOS POULES

Écrit par Louise Arbour. Publié le 15 octobre 2016 et révisé le 11 sepembre 2017 en collaboration avec Dre. Annie Daignault , vétérinaire aux soins des poules.

Louise Arbour

Facebook

Louise a travaillé à titre de consultante bilingue et représentante dans le monde de l’Édition éducationnelle durant plus de 20 ans. Elle détient un baccalauréat en psychologie et un certificat en communication radio-annonceur. Elle a obtenu diverses attestations et formations dans les ventes ainsi qu’une formation pour les femmes qui désirent se lancer en politique. Depuis son enfance, elle a un intérêt marqué pour la préservation de la nature, la protection des animaux, l’environnement et la revalorisation des objets. Louise habite à Terrebonne depuis 2004 et s’est toujours intéressée à la vie citoyenne et s’est impliquée dans divers dossiers à la ville tels que les barils de récupération d’eau de pluie et la légalisation des poules urbaines. Louise a développé une entreprise de services-conseils et une école de formation sur la garde des poules urbaines. Elle écrit des articles, et anime des conférences à travers le Québec et le Nouveau-Brunswick. Autrice d'un livre chez Ecosociété 2020 sur la garde des poules urbaines.

La question des vers parasitaires de nos poules est une question qui intrigue beaucoup de gardiens de poules urbaines et avec raison. Nos poules en liberté absorbent une grande quantité d’insectes et s’exposent tous les jours à ces parasites.

Concernant les traitements, il y a plusieurs opinions, philosophies et approches. De plus, dépendamment de vos connaissances en médecine, les articles sur les parasites pourraient être plus difficiles à démystifier.

La plupart d’entre nous voudront tout simplement avoir des notions de base telles que :

Comment nos poules attrapent-elles des vers ?
Comment les reconnaître ?
Comment contrôler et traiter nos poules qui ont des vers et si c’est nécessaire ?

Dans cet article, je tenterai de vous transmettre des notions de base sur le vaste monde des parasites intestinaux. Mon objectif est de vous procurer assez d’informations afin que vous puissiez comprendre les informations de base sur les vers intestinaux et mieux contrôler votre petit cheptel en toute sécurité.

Une des premières questions que l’on pose très souvent est à savoir si l’on doit traiter de manière préventive ou seulement s’il y a des symptômes.

C’est une très bonne question et elle est beaucoup plus compliquée qu’il n’y apparaît. Puisqu’il y a différents types de vers et de parasites intestinaux qui peuvent causer des infections.
Il sera important de pouvoir reconnaître les plus importantes et de les traiter adéquatement sans créer de résistance.

Comment nos poules attrapent des vers ?

Directement veut dire : Les poules infectées expulsent dans leurs fientes des œufs de vers par milliers. Ces œufs de vers peuvent survivre durant un an dans les sols avant qu’une autre poule les mange en grattant les sols. Ce sont de vers caecaux les larges vers, les capillaires qui sont souvent ingérés directement par la poule.

Indirectement veut dire : Lorsqu’un poule expulse des vers et des œufs de vers par milliers par ses fientes ou ses expectorations du système respiratoire, et que ceux-ci sont ingérés par des insectes tels que les vers de terre, les limaces etc. Si vos poules mangent des insectes porteurs ou infestés, les œufs se retrouvent de nouveau dans leur système.

Comment les reconnaître ? Dans les fientes et souvent, les experts disent que si vos œufs sortent sales du cloaque des poules avec des tâches de fientes en sortant, elles ont probablement des vers.

Vos poules sont faibles, mangent peu, ont la diarrhée, cherchent leur air…elles pourraient avoir des vers.

Il y a par exemple la CAPILLARIOSE DU JABOT d’où le nom capillaire puisqu’il s’agit de petits vers fins comme des cheveux qui se fixent sur la muqueuse du jabot et provoquent des lésions par lesquelles des bactéries pénètrent dans l’organisme.

 

Un autre type de vers sont des petits vers comme des vermicelles ascaridiose qui infestent l’intestin et la mort survient si la colonie est trop nombreuse, car elle fait éclater les intestins.

Parmi les symptômes, la poule aura des diarrhées et parfois de la mousse ou des bulles dans la diarrhée.

Un autre type de vers est la SYNGAMOSE c’est un petit ver qui infecte la trachée respiratoire et ce sont des larves qui peuvent percer les muqueuses et infester les organes vitaux comme le cœur et les poumons. L’animal aura du mal à respirer et il pourra lever la tête comme pour chercher de l’air et parfois on entendra un sifflement caractéristique et l’animal peut mourir par suffocation. Il est important de traiter ce parasite avec un antiparasitaire efficace.

La CESTODOSE est une pathologie causée par un autre type de ver nommé ténias qui peut avoir de 2 à 5 cm de long.

La poule peut abriter des milliers de petits ténias de 2 à 5 cm de long et ce genre de petits vers est visible dans les fientes. Il y a des ténias courts de quelques centimètres et des ténias beaucoup plus longs pouvant atteindre 50 cm. La poule perd du poids elle aura des diarrhées persistantes. Il faut également employer un vermifuge spécifique pour enrayer ces petits vers.

Comme de raison, il y a toutes sortes de types de vers et les approches pour traiter sont multiples, mais en général, ils consistent à utiliser des vermifuges à large spectre.

Puisque beaucoup de parasites proviennent de l’ingestion d’insectes et de vers de terre et que la poule les rejette par ses fientes, il y aura beaucoup de larves et des œufs qui pourraient être à nouveau véhiculés par les insectes et ré ingérés par les poules. Il est très important de traiter et désinfecter les poulaillers et le parcours. Répandre de la chaux est une des solutions proposées et de la terre de diatomée.

Car il est important de comprendre que même si un vermifuge détruit les parasites internes de la poule, il peut y avoir un retour de parasites si la poule est en présence d’insectes porteurs de larves qui permettent de recommencer le cycle d’infestation.

On peut parfois voir des petits amas blancs et plats qui bougent dans les fientes. Les vétérinaires doivent souvent utiliser des vermifuges homologués pour d’autres types d’animaux et ajuster la dose, car il n’existe pas de vermifuges spécifiques aux poules pour contrer ce type de vers.  L’usage du Nature Sorb est un bon moyen de garder le sol propre et sec.

La coccidiose

La coccidiose est également une pathologie causée par des parasites en formes d’œufs qu’on appelle les coccidies dont les poules sont souvent affligées. Lorsque la coccidiose atteint nos poules, elle peut entraîner la mort rapidement.  Il faut agir vite avec un traitement antiparasitaire : généralement l’amprolium. L’amprolium est un agent antiprotozoaire. Les coccidies sont des parasites qui se collent aux parois des intestins. Il existe plusieurs espèces de coccidies et presque toutes affectent la paroi intestinale et cause des saignements. Les poules adultes développent une résistance aux coccidies, mais les jeunes poules et les poussins y sont très vulnérables. Les poules les attrapent en mangeant des oocytes qui vivent dans les matières fécales, lesquelles se retrouvent dans les aliments, l’eau et le sol.  Ils peuvent se propager par les animaux sauvages, et d’autres poules infectées.  Les poules infectées se déshydratent rapidement et la diarrhée les emporte souvent.

Les bonnes pratiques recommandent de bien laver les abreuvoirs et mangeoires, les désinfecter et les éloigner des perchoirs. Garder la litière sèche et le poulailler bien ventilé. Enlever les fientes proches des mangeoires et abreuvoirs.

Il existe encore une trentaine de types de parasites et il serait impossible de tous les décrire dans cet article. Néanmoins, voici quelques notions de base puisque plusieurs de ces parasites sont mortels.

Les stratégies pour mieux contrôler les infestations de vers :
  • Observez le poids de vos poules et pesez-les régulièrement.
  • Observer les fientes tous les jours
  • Ajouter de TDA: terre de diatomée de grade alimentarie (¼ de tasse par 1 kilo de grains) en traitement durant 4-5 jours puis à tous les 2-3 mois.
  • Utilisez un désinfectant inoffensif sur le bois et les zones sans herbe.Vous pouvez en trouver dans la plupart des animaleries.
  • Si vos poules sont toujours malades, traitez avec un vermifuge, car la TDA n’est pas efficace contre tous les parasites.
  • Maintenez votre pelouse coupée basse, car une exposition directe au soleil tue les œufs des vers.
  • Évitez d’élever vos poules sur du béton. Servez-vous d’un poulailler portatif du genre «Peck and Play», afin de déplacer vos volailles jusqu’à un sol herbeux et propre.
  • Ne laissez pas vos poules vivre sur un sol nu plus d’un ou deux jours de suite : un tel sol est vite bourré de bactéries et de parasites qui se reproduisent.

Pour les produits les plus souvent utilisés: Consultez votre vétérinaire de poules pondeuses pour toutes questions et posologie ou recevoir une prescription.

Une des bonnes stratégies de contrôle consiste à bien traiter nos poules durant l’automne et 2-3 fois par année. À l’automne, l’idée et que nous voulons prévenir une accumulation de vers dans les quartiers du poulailler durant l’hiver.  En effet, si vous diminuer la quantité de parasites avant de rentrer vos poules de manière plus confinée à l’intérieur du poulailler, moins il y aura de risques de contamination à l’intérieur du poulailler et de la volière.  Les poules qui ont des vers, perdent du poids même si elles mangent normalement.  Il est difficile de s’en rendre compte et les poules peuvent avoir divers types de vers qui parfois ne causent pas trop de problèmes aux poules.  Il n’est pas toujours facile de les détecter. Certains sont invisibles à nos yeux, certains plus gros peuvent être faciles à voir, et d’autres si on place les fientes dans un verre d’eau.  Parfois ce ne sont que des œufs de vers, et seul un test en laboratoire peut les détecter.

En guise de prévention, je recommande 2 à 3 traitements par année si vos poules vont dehors. De plus, l’utilisation de produits naturels tels le vinaigre de cidre de pomme, Vermex, Parasitix (Clé des champs) graine de citrouilles broyés, toutes les semaines agiront à titre préventif et maintiennent une bonne santé digestive.

Comment vermifuger et traiter vos poules.

Puisque les vers induisent une perte de poids, un ralentissement de ponte et même la mort, il est important d’utiliser les vermifuges de la bonne manière et de faire de la prévention en tout temps.  À ce sujet, il existe plusieurs orientations.

La première consiste à vermifuger de façon naturelle et la deuxième d’utiliser un vermifuge médical. Dans les deux cas, il y a des pour et contre évidemment.

Il y a beaucoup de compagnies pharmaceutiques qui ont développé des médicaments pour traiter les vers en général et les études ont été réalisées sur des poulets à chair que l’on mange et non pas sur des poules qui pondent des œufs.

Comme de raison, les études coûtent très cher, donc par précaution la plupart des compagnies nous préviennent de ne pas consommer les œufs durant la période de traitement (période de retrait), mais en réalité aucune étude n’a démontré que les œufs pouvaient avoir été affectés par les vermifuges.

Les industries qui produisent des œufs et qui ont des poules à l’intérieur ne sont pas du tout concernées par le problème des vers parce que leurs poules ne vont pas dehors.  Cependant, dans un avenir proche, lorsque la loi obligera les producteurs à laisser les poules libres dehors en liberté, elles devront elles aussi être traitées contre les vers.

Concernant la précaution de ne pas manger les œufs durant la période de traitement en fait ce n’est qu’une précaution de sécurité puisqu’il n’y a aucune preuve qui démontre qu’il y a des résidus des produits médicamentés absorbés dans le sang ou dans les œufs de nos poules.

La vérité, c’est que par sécurité, les compagnies doivent se protéger et préfèrent la voie de la prévention et de la sécurité en suggérant de ne pas consommer les œufs durant 2-3 semaines. On parle de temps de retrait.

Les produits les plus populaires et les plus utilisés sont des produits comme le Fenbendazole, Ivermectine et le Piperazine -Wazine et le hygromycine-B.

Parlons maintenant des traitements naturels qui sont très souvent suggérés à travers certains blogues sur les poules, tels que les gousses d’ail, le vinaigre de cidre de pomme, des produits naturels comme la capucine, des produits à base de feuilles de noyer noir, de racine de pissenlit, de chardon béni, de racine de réglisse contenu dans les flacons de Parasitix de la Clé des Champs. Toutes ces méthodes sont certainement de très bons moyens de préventions et je les recommande fortement.  Par contre, en cas d’infestations majeures, aucune étude ne démontre leur réelle efficacité.

De plus, on entend souvent parler que  les produits de la famille des courges et des citrouilles et en particulier les graines qui ont un ingrédient actif la Cucurbitacine pourrait à certaines concentrations contrer les infestations de certains types de vers. Encore une fois, aucune étude ne vient confirmer de façon claire leur efficacité. Mais leur utilisation ne peut pas nuire à la santé générale de nos poules.

Le problème, c’est que nous ne connaissons pas les concentrations à donner.  De plus, aucune étude n’a démontré leur efficacité sur les poules.

En effet, certaines personnes prétendent n’avoir jamais eu de problème de vers dans leur troupeau en donnant des graines de citrouille à leurs de poules ! Mais est-ce une coïncidence ou un fait ?

Toutes les poules qui sont libres dans nos cours ou libres dans la nature auront une certaine quantité de vers intestinaux et peuvent en gérer une certaine quantité sans avoir de conséquences graves sur leur santé générale.

Donc, avoir des vers intestinaux est assez répandu chez toutes les poules, mais la question importante est de savoir jusqu’à quelle quantité peuvent-elles les tolérer ? Puisqu’il n’y a pas d’évidence scientifique qui suggère que la Cucurbitacine est capable de réduire ou de détruire les vers intestinaux, on ne peut pas se fier complètement à ce genre de produits naturels lorsque nous sommes en présence d’infestations de vers. En savoir plus. 

Par contre, rien ne nous empêche de leur en procurer à titre préventif.  Certaines poules vont adorer la chair ou la purée de citrouille ainsi que les graines de citrouille et les graines de courges, mais certaines n’en mangeront pas.  Riche en phytostérols, le pépin de courge est principalement utilisé pour lutter contre les troubles prostatiques chez les humains et favoriser d’une manière générale le confort urinaire de l’homme comme celui de la femme. Cette graine comestible s’avère également un vermifuge contre les parasites intestinaux. Ses oligoéléments permettent aussi de combattre la fatigue et les troubles de la ménopause.

Si vous désirez faire un test plus précis, apportez un échantillon auprès de votre vétérinaire. Il existe des compagnies comme Anivax aux États-Unis qui vous offrent des kits de test avec tous les accessoires et spécimens et les instructions et les résultats vous sont envoyés par courriel. Le kit coûte environ 25.00$ US.

Si jamais vous remarquez qu’une de vos poules à des vers, il faudra traiter le troupeau au complet parce qu’avoir des vers intestinaux c’est sérieux il ne faut pas le prendre à la légère.

Les vers auront un effet négatif sur la santé générale de vos poules; il est important également d’utiliser les bons produits afin de ne pas développer de résistance. Parallèlement à l’action primordiale de vermifugation, il est indispensable de désinfecter le poulailler et l’enclos (parcours herbeux ou non) afin de réduire la prolifération de parasites. La litière est le premier endroit sur lequel il faut être vigilant en la changeant très régulièrement.

Les vers de farine séchés ou vivants sont un excellent supplément pour vos poules et elles les adorent !

 

Références

Les vers de farine séchés ou vivant sont un excellent supplément pour vos poules et elles les adorent!

par Louise Arbour de poulesenville.com

Avec la participation de Dre. Annie Daignault experte vétérinaire aux soins des poules pour la vérification des contenus et relecture du texte.