2. Poulettes dans la neige

About the Author

Louise Arbour

Facebook

Louise a travaillé à titre de consultante bilingue et représentante dans le monde de l’Édition éducationnelle durant plus de 20 ans. Elle détient un baccalauréat en psychologie et un certificat en communication radio-annonceur. Elle a obtenu diverses attestations et formations dans les ventes ainsi qu’une formation pour les femmes qui désirent se lancer en politique. Depuis son enfance, elle a un intérêt marqué pour la préservation de la nature, la protection des animaux, l’environnement et la revalorisation des objets. Louise habite à Terrebonne depuis 2004 et s’est toujours intéressée à la vie citoyenne et s’est impliquée dans divers dossiers à la ville tels que les barils de récupération d’eau de pluie et la légalisation des poules urbaines. Louise a développé une entreprise de services-conseils et une école de formation sur la garde des poules urbaines. Elle écrit des articles, et anime des conférences à travers le Québec et le Nouveau-Brunswick. Autrice d'un livre chez Ecosociété 2020 sur la garde des poules urbaines.

2. Poulettes dans la neige

Le 4 janvier, 2016

Par Louise Arbour

L’hiver est bien arrivé et les poules s’adaptent tout doucement. Je remarque qu’elles ont une démarche différente en marchant dans la neige. Elles soulèvent les pattes plus en hauteur et se déposent plus lentement comme pour jauger la sécurité du sol.

Je leur offre des petites gâteries de verdure et de germe de luzerne afin de préserver leurs besoins en apport de bêta-carotène et ainsi avoir de bons œufs durant toute la saison hivernale si elles continuent à pondre. Pour le moment, seulement l’une des trois a omis de pondre 3-4 fois depuis le début de décembre. La durée des journées et d’exposition à la lumière naturelle influe beaucoup la ponte des oiseaux. Hier, elles se sont rendues du poulailler au balcon dans le chemin de neige pour venir y chercher quelques croûtes de pain dans ma main. Merci mes poulettes pour vos bons œufs!

Aujourd’hui, j’ajouterai un peu d’ail et de vinaigre de cidre de pomme dans le réservoir d’eau. Ceci renforce leur système immunitaire. Nos poules sont beaucoup plus en santé et résistantes aux maladies que celles en industrie qui n’ont pas la chance d’avoir une alimentation variée et un endroit propre et agréable pour vivre. Nos poules ne sont jamais en contact avec des virus en provenance des élevages de masse. Je n’ai jamais vu d’oiseaux sauvages s’approcher de mes poules. Si jamais l’une d’elle devenait malade, je m’en rendrais compte immédiatement et l’amènerait chez le vétérinaire. Dans les élevages de masse, des milliers de poules ont le temps de mourir avant que l’on ne puisse intervenir et souvent, il faut toutes les abattre pour éviter la contagion. Nos petits poulaillers urbains sont plus sécuritaires et beaucoup moins exposés à toutes les maladies communes des volailles.

PARCE QUE LA VIE EST TOUT SIMPLEMENT MEILLEURE AVEC DES POULES!Louise Arbour